Charles Bradley s'en est allé : le départ d'un phénomène de la soul

Charles Bradley s'en est allé : le départ d'un phénomène de la soul © Photonews

Charles Bradley a rendu son dernier souffle le weekend passé et le monde de la musique doit à nouveau faire ses adieux à une talentueuse voix soul. Le chanteur américain, qui a passé une partie de sa vie dans la rue, est devenu mondialement et subitement célèbre il y a une dizaine d'années lorsqu'il a signé un contrat auprès du label Daptone Records. Doté d'un timbre de voix caractéristique et tourmenté, le flamboyant artiste a rempli les salles de concert à travers le monde par son talent et sa personnalité chaleureuse. Un cancer de l'estomac lui a été fatal.

Une vie parsemée d'embûches

Une vie parsemée d'embûches © Isopix

Charles Bradley n'a pas connu une enfance très heureuse. La misère a accompagné ses jeunes années et il a quitté - contraint et forcé - la maison familiale alors qu'il venait de fêter ses 14 printemps. Les factures ont commencé à s'empiler et le jeune Charles tentait tant bien que mal de gagner de l'argent en tant qu'homme à tout faire ou en tant que cuisinier. Cela n'a pas empêché le Floridien de se retrouver à la rue pendant tout un temps et même de dormir dans le métro new-yorkais.

James Brown

James Brown © Photonews

L'appel de la scène était déjà bien présent dans les veines du sieur Bradley : en 1962, sa soeur l'emmène à un concert de James Brown à l'Apollo Theater. Le jeune Charles Bradley est tellement fasciné par la superstar de la soul qu'il décide de se produire en tant qu'imitateur de James Brown dans d'obscurs clubs. Il est alors connu sous le nom de scène Black Velvet.

La découverte

La découverte © Photonews

Charles Bradley continue de se produire dans de petites salles de concert jusqu'à ce que Gabriel Roth, le bassiste de Sharon Jones & The Dap Kings et co-fondateur de Daptone Records, ne le remarque au début des années 2000. Le train est en marche ! Gabriel Roth lui présente Thomas Brenneck, compositeur et guitariste de The Mennahan Street Band et ce dernier invite Charles Bradley à venir répéter avec son groupe. Le courant passe entre les deux hommes et ils commencent à composer des morceaux ensemble.

La percée

La percée © Photonews

2011 marque la sortie de son premier album intitulé 'No Time for Dreaming' et le début d'une courte mais glorieuse carrière. 'This World' devient le premier hit de Charles Bradley, suivi un an plus tard de 'Soul of America'. Ce documentaire retrace la vie parsemée d'obstacles de l'homme que ses fans appelaient affectueusement 'The Screaming Eagle of Soul'. Deux autres albums suivront : 'Victim of Love' en 2013 et 'Changes' en 2016.

La persévérance paie

La persévérance paie © Photonews

'Je fais de la musique depuis mes 16 ans mais je n'avais jamais réussi à trouver des gens qui croyaient réellement en moi. Maintenant, c'est enfin le cas et cela me remplit de bonheur', avait-il ainsi déclaré lors d'une interview avec la chaine publique britannique BBC.

Succès

Succès © Photonews

Charles Bradley a fait taire ses détracteurs et enchanté ses fans en se produisant lors des plus grands festivals tels que Coachella ou Glastonbury. Le natif de Gainesville a également foulé la scène des festivals de notre royaume à de nombreuses reprises, très apprécié par le public belge (Dour en 2011 et 2013, Pukkelpop en 2012, 2013 et 2014 ou Werchter en 2013 et 2014). En compagnie de son âme soeur Sharon Jones - entre-temps décédée -, il a donné une nouvelle vie à l'héritage de grands noms de la musique tels Otis Redding et James Brown.

Le chanteur américain était réputé pour ses concerts entiers et emplis d'émotion, ce qui lui a valu le statut de légende vivante dans noytre pays. Ses concerts au Pukkelpop ou à l'Ancienne Belgique sont gravés dans les mémoires des spectateurs présents. ‘This World’, ‘Why Is It So Hard’ et ‘You Put The Flame on It’ sont quelques-uns de ses plus grands hits. Il a même repris une chanson de Black Sabbath, 'Changes'. Sorti en 2016, l'album éponyme restera malheureusement son dernier fait d'armes. Charles Bradley avait 68 ans.

Cet article me rend ...
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Dossiers

Plus de dossiers
Top